Homélie du 31 janvier 2021

par René Aucourt

Aujourd’hui dans ce passage d’Evangile, Jésus enseigne. Le mot enseignement, enseigner revient comme un refrain tout au long du texte. Jésus se présente comme celui qui parle dans une synagogue, à Capharnaüm. Mais tout de suite, il est précisé que son enseignement est bien particulier. Il fait autorité, ou plutôt sa personne fait autorité. Et en plus son enseignement est nouveau. Il apporte de la nouveauté.

Mais Jésus ne fait pas que parler. Il agit. Son enseignement ne consiste pas en des paroles accumulées mais il met en œuvre, il agit. Il s’attaque directement au mal. Il y a un combat entre l’esprit impur symbole du mal, et celui qui est reconnu justement par cet esprit impur comme le Saint de Dieu. Et c’est le Saint de Dieu qui va gagner, qui va faire taire le mal qui ne pourra alors ne faire qu’une seule chose : sortir. Il est plus fort que le mal, il peut lui donner des ordres et le mal doit obéir. C’est ainsi que se révèle la nouveauté de l’enseignement de Jésus. Il fait effectivement taire le mal qui occupe le cœur de l’homme. Jésus vient le libérer.

Accueillons aujourd’hui encore cette nouveauté et cette autorité. Laissons-nous étonner. Laissons le Seigneur venir nous libérer. Reconnaissons-le comme celui qui vient faire taire le mal dans nos vies, dans le cœur de tout homme. Par notre baptême, nous participons à cette action du Christ. C’est lui qui nous l’a dit et qui nous envoie pour en vivre. Cela nous avons du mal à le croire…. Nous sommes chargés avec le Christ et grâce à lui de libérer l’homme enchaîné. Le croyons-nous vraiment ? Ne nous évadons pas dans des images spectaculaires. Mais simplement, dans nos quotidiens, dans ce qui fait notre vie, prenons conscience de notre mission de libération, à la suite et avec le Christ. Nous savons qu’une parole peut vraiment libérer. Regardons notre vie et nous trouverons des exemples simples mais bien réels… une parole, un geste, une attention, un engagement, une aide concrète, une prière… et quand le mal semble occuper toute la place, que nous ne pouvons rien faire, n’hésitons pas à tout remettre entre les mains de celui qui est venu nous sauver de tout mal. Vivons, avec lui et à sa suite, de l’autorité et de la nouveauté qu’a apportée le Christ Jésus.