Inauguration de la maison paroissiale

Une nouvelle maison dédiée à la rencontre

Et maintenant! Qui a les clés ?

Avec Jean-Pierre Leconte le curé, Colette Dubuis et Pierre Levin (secrétariat et comptabilité), André Forest (contact avec les artisans), Denise Forestier (contact catéchèse)

  • Un téléphone avec répondeur 0980385374
  • Deux permanences: le jeudi matin à partir de 10 heures, le mardi à partir de 17 heures avec Colette. D’autres sont à l’étude, surtout en fin d’après-midi.
  • Une boîte aux lettres, à l’entrée du parking, accueille vos messages écrits: elle est relevée chaque jour.
  • L’adresse email: saintsapotres@free.fr
  • À l’entrée: renseignements et calendrier des messes sont affichés.
Premier coup de pelle
Premier coup de pelle
Les fondations sont coulées dans le béton.
Les fondations sont coulées
dans le béton.

Inauguration de la Maison paroissiale

Cet été, la vie de la paroisse est très accaparée par l’avancée des travaux de la nouvelle Maison paroissiale au Fourneau (Trambly). Le 30 juillet dernier a eu lieu, à l’initiative de l’Atelier du Triangle (maître-d’œuvre), la réception des travaux. Restent la finition des aménagements extérieurs (dont la mise en conformité du parking pour les personnes handicapées), ainsi que les plantations prévues pour l’automne, après un mois de juillet si sec ! L’inauguration par notre évêque, au nom de l’Association diocésaine, seule habilitée à être propriétaire, est prévue le 12 octobre après-midi. Toutefois, la Maison paroissiale sera accessible dès septembre. Nous aurons déjà bu le verre de l’amitié avec les artisans qui auront œuvré avec une solidarité que nous avons su apprécier à sa juste valeur. Nous aurons également invité les treize maires, comme nous l’avions fait pour la présentation du projet. Aussi, d’autres visites auront eu lieu sous forme de journées portes ouvertes.
Le financement de la Maison suit son cours. Il est, fin juillet, de plus de quinze mille euros pour un objectif 2014 de dix-sept mille euros.

Une nouvelle maison dédiée à la rencontre

n°92 – juin 2014

Ouvrir une maison nouvelle, combien de fois l’ai-je vécu depuis que je suis revenu habiter notre pays ! Le plus souvent, pour pré- parer un baptême ou un prochain mariage, et en partager la joie.
Et voici que je m’apprête à le vivre à mon tour, avec la nouvelle maison paroissiale qui, au cœur géographique de la paroisse des Saints-Apôtres en Haut-Clunisois, a désormais pris place dans le paysage de Pari-Gagné. Sa silhouette octogonale ouvre sur les rives agricoles de la Grosne et sur les entreprises qui se sont installées au carrefour de la Haute-Grosne, avantages et inconvénients d’une proximité de carrefour y compris.
La vie de cette maison, ce sera la vie des rencontres qu’il sera possible d’y partager. Ne précipitons pas les choses : on se rencontre aussi ailleurs que dans les maisons. La paroisse le sait bien qui, par exemple, pour le 15 août, se réunit alternativement à Saint-Pierre-le-Vieux et Clermain (2014) ou qui, pour sa journée de rentrée, est invitée à prendre les chemins qui convergent vers tel ou tel village: cette année, et ce sera la première fois, à Trivy le 14 septembre. Plusieurs opérations « porte ouverte » donneront l’occasion des premières rencontres, les unes plus attendues, les autres plus informelles. A bientôt donc le temps des premières visites !

Lire le bulletin (PDF)

C’est en route !

Le 12 janvier 2014, l’entreprise Zieger a démarré les travaux de terrassement sur le terrain au Fourneau près de Pari-Gagne. Le 26 janvier, l’entreprise Thimon a démarré ses travaux de fondation et maçonnerie qui devraient durer jusqu’à la fin du mois de février, le relais étant alors pris par les entreprises Charvet et Debienne pour la mise en place de l’ossature bois, la charpente et la couverture.
Pour la suite des travaux, vous pouvez consulter le site de la paroisse : www.saintsapotres.fr qui vous informera au fur et à mesure de leur avancée. Quand sortira le n° 92, en juin, vous aurez déjà pu voir la Maison paroissiale au Fourneau. La charpente est déjà en place fin février. Les photos ne manqueront pas à toutes les étapes de la construction.
Le démarrage de la collecte (fin novembre 20013) est fort encourageant, même si nous étions bien convaincus de votre adhésion au projet. Une quarantaine de personnes ont déjà versé près de 6 000 euros fin janvier. Vous pourrez consulter sur le site la progression de la collecte prévue sur les cinq années à venir.

La charpente est construite en étoile.
La charpente est construite en étoile.

MAISON PAROISSIALE : COLLECTE

graphique_budget_maisonparoissilae_janv2015

Cliquer sur l’image pour agrandir le diagramme

Pour financer la maison paroissiale au “Fourneau” (Pari-Gagné), nous avons prévu, parmi diverses ressources (vente cures, fonds propres et emprunt auprès de l’Association Diocésaine d’Autun),  une collecte auprès de l’ensemble des paroissiens, amis et habitants du secteur pour un montant de 80 000 €.

Cette collecte, dont les modalités de souscription sont précisées dans l’article “APPEL A DON”, à la rubrique “MAISON PAROISSIALE”, s’étalera de fin 2013 à fin 2018.

Le diagramme ci-dessus est mis à jour chaque trimestre. Il indique l’évolution de la collecte par rapport à l’objectif que nous nous sommes assigné.

Ainsi, tout un chacun peut-il visualiser directement sur le présent site où nous en sommes.

Au 31 décembre 2014, 27 000 € ont pu déjà être collectés, dont 5 000 € provenant de la braderie organisée lors de la fermeture de l’ancienne cure de Matour, 2 000 € grâce aux deux concerts de Trivy et Trambly, 3 000 € par un don de l’association du patrimoine de l’église de Trambly, le solde, soit 17 000 €, par les dons de près de 60 personnes qui ont manifesté leur soutien ; d’autres personnes se sont également investies en temps bénévole, pour certains aménagements intérieurs ainsi que pour les déménagements des différentes cures. Tous en sont vivement remerciés.

La solution la moins coûteuse pour répondre aux normes d’accessibilité

André Forest, Aimé Thivent et Pierre Levin s’investissent beaucoup dans le projet pour tout ce qui concerne le côté technique des choses. Ils insistent eux aussi sur la nécessité de cette construction : on ne pouvait pas faire autrement.

En application de la loi, les lieux de rassemblement doivent être adaptés d’ici 2015 de manière que les personnes à mobilité réduite puissent y accéder. La mise aux normes de locaux existants aurait coûté plus cher pour un résultat inférieur. Ils insistent aussi sur les raisons du choix géographique: raison « identitaire », au cœur du territoire de la paroisse, raison « ergonomique »: cohérence avec les pré- occupations correspondant au développement durable, facilitation du travail, économie d’énergie (réduction des déplacements, chauffage par géothermie).

Eh bien justement, combien ça coûtera?

L’estimation se monte à 350000 euros maximum. La moitié serait assurée par la vente des cures de Tramayes et Dompierre, le solde de la somme restante se répartissant entre les fonds propres de la paroisse et une souscription auprès des paroissiens : 60 000 euros sur cinq ans. Des promesses de dons ont déjà été confirmées. L’association diocésaine, qui est propriétaire, assure la maîtrise d’ouvrage et les règlements.

Quel sera l’agencement intérieur?

Il y aura une grande salle de 60 m², un bureau, une salle d’accueil, un office, un local technique, des sanitaires.

Ce sera pour quand ?

Le bureau d’études Atelier du triangle est chargé du projet architectural. Le permis de construire a été déposé fin avril. On pense que les travaux devraient débuter à l’automne. Il est raisonnable d’espérer une inauguration pour la Pentecôte 2014.

Symboliquement ouverte à tous

On en parle depuis longtemps déjà. Des informations ont été données, mais des personnes continuent à poser des questions sur la future maison paroissiale à Le Fourneau sur la commune de Trambly (voir page 15 de notre précédent numéro). Je suis donc allée rencontrer quelques-uns des acteurs principaux pour obtenir des éclaircissements. Entretien avec Jean-Pierre Leconte, directeur de notre publication et curé de la paroisse.

On aurait pu continuer comme avant?

Jean-Pierre Leconte commence par remonter dans le passé, au moment où les paroisses ont été remodelées, où se sont créées les « grandes paroisses » (treize communes pour la nôtre). On ne s’est pas reposé alors la question du « centre » paroissial. On a gardé le modèle ancien, axé sur le logement du curé. Pour beaucoup de paroisses rurales, cela correspondait à un seul point principal naturel: un gros bourg. Notre cas est différent : répartition entre trois pôles, Tramayes, Matour, Dompierre. C’est Matour qui a joué le rôle jusqu’à présent. Mais la situation actuelle ne pouvait pas durer. « On ne pouvait pas ne rien faire » Il n’était pas possible que la municipalité de Matour continue à assumer seule cette charge, encore moins qu’elle assure une mise aux normes devenue incontournable pour un bâtiment à usage public.

Pourquoi avoir choisi de l’implanter à Le Fourneau?

Il y a donc quelques années que le sujet est évoqué et discuté avec les personnes en responsabilité. On s’est d’emblée orienté vers le centre géographique de la paroisse, Le Fourneau, sur la commune de Trambly : diminuer les déplacements, bien montrer que c’est la maison de tous. Cette dernière raison a aussi amené à éviter le centre d’un village. En plus, c’est un carrefour. Cette maison des chrétiens sera bien visible, repérable, identifiable, symboliquement ouverte, par sa forme hexagonale, sur tous les villages. Une rencontre avec les maires des treize communes a eu lieu. Ils ont été informés – certains l’étaient depuis longtemps -. Ils se sont intéressés et sont très favorables.

Mais qu’en pense l’évêque ?

Il a d’emblée approuvé : « C’est ce qu’il faut pour une paroisse en milieu rural » L’équipe qui est à l’origine du projet a d’ailleurs visité d’autres réalisations et s’en est inspirée : Ameugny, Saint Etienne-des-Ouillères.

Et à quoi servira la salle paroissiale ?

Il ne s’agit pas de se substituer à ce qui existe et qui fonctionne bien. Vu la modestie de la surface de cette maison, les grands rassemblements continueront à se faire dans les églises et les salles municipales. Ce sera un instrument à utiliser avec souplesse, selon la disponibilité et les préférences des gens. Il sera, bien sûr, à la disposition des groupes de catéchisme, avec l’équipement correspondant. Ce qui n’empêchera pas certains de fonctionner à la maison. Mais, on a constaté que ce n’est pas toujours facile de recevoir des groupes d’enfants chez soi et qu’un terrain neutre est parfois préférable. Cette maison accueillera ce qui existe déjà à la cure de Matour: secrétariat, comptabilité. Elle accueillera aussi les réunions des différents groupes existants, qui se font à Matour ou ailleurs : équipe d’animation paroissiale, conseil économique, service des malades, équipe de rédaction du bulletin, préparation au mariage, au baptême, préparation des messes et des funérailles… Elle accueillera aussi les autres groupes qui verront le jour.

La pratique religieuse diminue. Nous vieillissons. Des jeunes prendront-ils la relève? Que peut-on présager de l’activité paroissiale dans l’avenir?

De toutes façons, un groupe a besoin de projets. C’est une manière de « déplacer la question » et d’y répondre en partie. On peut donc penser que cette réalisation créera un dynamisme. De plus, Jean-Pierre est témoin de tout ce qui se passe de positif, en particulier au niveau de nombreuses familles fonctionnant souvent en réseaux. Elles se connaissent, se repèrent, et gèrent ensemble la vie de leurs enfants. Les jeunes vivent leur foi autrement. Certains participent à l’aumônerie de leur lycée, ou à des camps à Lourdes. Leur participation à la vie paroissiale dépendra moins de notre capacité d’organisation que de notre capacité de rencontre, d’écoute. Peut-être viendrontils nous parler de ce qu’ils font à une journée de rentrée par exemple, ou sur notre site internet en cours de création. Nous ne sommes pas irremplaçables !

Quelle gestion est prévue pour l’utilisation de la salle?

Une organisation de permanences existe déjà à la cure de Matour. Il faudra l’étoffer. Toute initiative sera bien accueillie et étudiée.